samedi 27 janvier 2018

Le Tourment des rois, tome 1 : A la lumière de l'ombre - Gaëtan Noël



Le tourment des rois1, Gaëtan Noël
A la lumière de l’ombre

Editeur : Autoédition
Nombre de pages : 513
Résumé : Aujourd'hui, alors que tout ce que j'ai construit s'apprête à être détruit ... j'écris mes derniers mots en tant que roi, en tant que monstre damné. Il est temps de tout révéler. En ce premier livre de mes mémoires, voici rassemblés mes plus ténébreux souvenirs de prince héritier. Mon histoire vous apprendra à quel point se battre pour une idée peut tout vous enlever : votre trône, votre avenir... jusqu'à votre propre vie. Alors, vous qui osez lire ... saurez-vous marcher à mes côtés, une ultime fois ? Saurez-vous embrasser ... le tourment des rois ?

Un grand merci à Gaëtan Noël pour l’envoi de ce volume (et la petite dédicace) et à la plateforme SimPlement pour avoir rendu ce partenariat possible.

- Un petit extrait -

« Mon royaume. Définitivement. Vidé de toutes mes énergies, incapable de réaliser pleinement l'ampleur de la catastrophe qui s'abattait sur ma vie, je ne vis rien des premiers instants de notre chevauchée. Rien... Sauf la nuit, qui tombait. Et derrière moi, loin dans le ciel de l'ouest, l'éclat mourant... de ma destinée. »

- Mon avis sur le livre -

Tout comme Hydan, Prince Héritier du royaume d’Hydolia, peine à choisir le commencement de ses mémoires, je peine quant à moi à choisir quelle forme donner à cette chronique. Car cette lecture ne fut semblable à aucune autre : plus qu’une lecture coup de cœur, coup de foudre, coup de poing, cette lecture fut tout simplement une révolution littéraire. Que vous dire, que vous taire ? Comment vous faire saisir tout l’intérêt et toute l’originalité de ce roman si novateur sans risquer de vous en dévoiler trop et vous gâcher ainsi le plaisir de la découverte ? Comment, tout simplement, rendre hommage à ce récit qui m’a happée du début à la fin sans me laisser souffler une seule seconde, qui m’a fait passer par toutes les émotions possibles et inimaginables et qui m’a obligée à ne pas rester passive face à ma lecture mais à y prendre activement part ?

Hydan ne s’en cache pas : le désaccord qui existe entre son père et lui est profond et absolu. Là où Horden le Roi ne cherche qu’à affirmer la puissance guerrière de sa terrible armée et à attiser la crainte que fait naitre le Royaume d’Hydolia en tous les cœurs du continent, Hydan souhaite ardemment améliorer les conditions de vie de son peuple, faire naitre le respect non par la violence mais par l’honneur et la vertu. Il ne suffisait que d’une étincelle pour faire s’embraser le feu de la guerre entre le père et le fils, entre la Tradition et l’Evolution … Et une fois le combat engagé, plus moyen de faire marche arrière. Jusqu’où Hydan sera-t-il prêt à aller pour faire vivre l’idée qui anime son âme et son corps ? Saura-t-il tout sacrifier pour faire entrer son nom dans l’Histoire … ou bien ne parviendra-t-il pas à faire face au Tourment des rois ?

J’en ai bien conscience : ce résumé ne semble pas bien original. Un conflit de pouvoir, voilà tout ce qu’il annonce. Et pourtant … Vous n’imaginez pas tout ce qui se cache derrière cette histoire apparemment banale. Je ne l’imaginais pas non plus. Je ne m’attendais pas une seule seconde à ce qui allait me tomber dessus lorsque j’ai ouvert cet énorme et magnifique pavé de cinq-cents pages. Je m’attendais à des batailles épiques et sanguinolentes, à des complots meurtriers et diaboliques, à des morts cruelles et dramatiques, à une touche de magie mystique et sinistre … Comment pouvais-je deviner ce qui se cachait derrière cette intrigue déjà bien prometteuse en actions et rebondissements ? Comment pouvais-je savoir qu’il ne s’agissait ici que de la partie émergée de l’iceberg ? Car ce livre est tout … sauf un simple livre de fantasy comme on en trouve tant de nos jours. Il est bien plus que cela, tellement plus que cela !

Au bout de quelques pages à peine, le ton est donné : Hydan n’est pas un héros de fantasy comme les autres. Son esprit est en proie à d’incessants questionnements sur le sens de la vie, sur la distinction entre le bien et le mal et les nuances qui existent au cœur de cette opposition purement manichéenne, sur le pouvoir et les injustices … Bien plus distrayant qu’un traité de philosophie, ce roman est toutefois aussi riche que ces derniers en terme de réflexions métaphysiques ! Que l’on soit d’accord avec notre fougueux prince ou non, force est de constater que ce livre ouvre la porte à une foule de questionnements … Hydan s’interroge ainsi sur sa destinée, sur sa liberté, sur sa lâcheté, peut-être, aussi. Jusqu’où doit-on se battre pour une idée, une idéologie, un idéal ? Comment savoir ce qui est juste, bon, moral ? Où se situe la frontière entre l’honneur et l’orgueil, entre l’obéissance et la lâcheté ? Se pose également la question de l’identité : qui suis-je ? qu’est-ce qui fait de moi ce que je suis : mes actes ou mes possessions, mes pensées ou ce que je montre au monde ? Quel régal que de suivre les méditations de ce héros atypique, qui n’hésite pas à avouer ses doutes, ses échecs, ses erreurs, ses faiblesses à son lecteur ! On s’attache si rapidement à lui, si humain en dépit du « sang maudit » qui coule dans ses veines …

Car le Tourment des rois reste malgré tout un roman de fantasy, avec sa mythologie, ses mystères … L’auteur distille ci et là des indices, des signes, des détails que le lecteur se doit de remarquer s’il veut comprendre avant d’apprendre. Les seuls secrets sont ceux qui sont gardés. Voilà une réplique qui rythme le récit, une rengaine qui confirme au lecteur se dont il se doute surement déjà : les révélations ne font que commencer. Si j’ai parfois eu la satisfaction de voir se confirmer certaines de mes suppositions, j’ai également eu souvent la frustration de me rendre compte que mes hypothèses étaient complétement à côté de la plaque. L’auteur nous fait tourner en bourrique, nous fait douter sans cesse, fait monter progressivement la tension jusqu’à une apothéose inattendue qui donne envie de voyager dans le futur pour savoir comment les choses vont se finir, quel est le fin mot de cette histoire pleine d’énigmes et de rebondissements. On est complétement happé par cette intrigue si bien menée, si bien racontée …

En effet, Gaëtan Noël a une plume extraordinaire, magnifique, magique ! Il y a dans cette narration une dose certaine de poésie, d’onirique … et de profondément sombre, dur. Cette ambivalence, qui correspond bien évidemment à l’ambiguïté du personnage sans cesse tiraillé entre l’ombre et la lumière, le bien et le mal, la paix et la guerre, cette ambivalence donc fait toute la richesse et la beauté de ce style parfaitement maitrisé et unique. Tantôt les descriptions sont lyriques et imagées, tantôt les actions sont brutales et brèves. L’auteur joue énormément sur les sonorités, usant et abusant d’allitérations et d’assonances pour narrer cette histoire : aux scènes les plus calmes la douceur, aux scènes les plus violentes la rugosité … Rares sont les auteurs à prendre autant en compte cette résonnance entre la sonorité des mots et leur impact. Cette narration est vivante, elle se fraye un chemin pour venir résonner au plus profond de notre cœur et de notre âme, pour que cette histoire ne soit pas uniquement de papier et d’encre mais de chair et de sang. On vibre littéralement à l’unisson de cette histoire, c’est tellement impressionnant de vivre un récit avec autant de force ! Epoustouflant, et parfois un peu effrayant. Les péripéties d’Hydan … ne seraient-elles pas finalement le reflet de notre propre existence ?

En bref, vous l’aurez bien compris : un livre comme celui-ci, on n’en trouve pas souvent. Ce livre peut, et va, marquer, voire changer, votre vie. Aujourd’hui encore, deux jours après avoir tourné la dernière page, j’ai toutes les difficultés du monde à passer à autre chose, à me concentrer sur un autre récit. Cette fin me hante, elle me promet un second tome encore plus captivant et foudroyant, et je ne sais pas comment je vais pouvoir faire pour attendre la suite. Ce livre m’a fait vibrer, trembler, pleurer, sourire, il m’a bouleversée et étonnée. Il m’a fait retenir ma respiration, il m’a fait éclater de rire. Il fait partis de ces livres qui ne s’oublient pas : qu’on le veuille ou non, il est impossible de faire comme si on ne l’avait pas lu. Lisez ce livre, n’hésitez pas : il est très sûrement un des plus beaux romans qu’il m’ait été donné de lire, même si je peine à décrire ce qu’il a fait naitre en moi. On vit ce livre plus qu’on ne le lit …

Ce livre a été lu dans le cadre de la Coupe des 4 maisons
(plus d’explications sur cet article)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire