mercredi 28 novembre 2018

La guerre des clans, cycle 2, tome 4 : Nuit étoilée - Erin Hunter


La Guerre des clans, Erin Hunter
Cycle 2, tome 4 : Nuit étoilée

Editeur : Pocket Jeunesse (PKJ)
Nombre de pages : 344

Résumé : Après des lunes d'errance, les quatre clans s'arrêtent enfin au bord d'un lac. Est-ce bien là le territoire que leur destinait le Clan des Etoiles ? Beaucoup en doutent et craignent d'y subir la famine et la barbarie humaine. La tension est à son comble. Pour apaiser les siens, Nuage de Feuille, la guérisseuse, sait qu'elle doit trouver au plus vite une nouvelle Pierre de Lune et renouer le contact avec les ancêtres. Sans leur aide, une guerre fratricide est inévitable ...




- Un petit extrait -

« Elle se sentait presque capable de voler à travers la forêt pour rejoindre le camp. Dans la descente, le long du torrent, elle laissa les autres passer devant et les suivit la tête pleine d'étoiles, de plantes et d'eau de source au goût de nuit. »

- Mon avis sur le livre -

Je me suis plus d’une fois demandée pourquoi diable libraires et bibliothécaires s’obstinaient à classer La guerre des clans dans les livres pour enfants et non pour adolescents ! Plus les cycles avancent et plus l’histoire devient complexe … et intéressante. J’ai beau adorer le premier cycle, je dois reconnaitre regretter le côté très manichéen de l’intrigue : d’un côté Cœur de Feu, le gentil, de l’autre Griffe de Tigre, le méchant. C’est noir, ou c’est blanc. A partir du second cycle apparaissent toutes les nuances de gris … Et j’aime beaucoup cette évolution : contrairement à Cœur de Feu qui apparait comme le héros sans failles, l’élu irréprochable à qui tout réussit, les personnages principaux de ce second cycle semblent infiniment plus faillibles et moins exemplaires. Si Cœur de Feu n’aspirait qu’à protéger son Clan contre celui qui était présenté comme le mal incarné, Griffe de Ronce et Nuage de Feuille doivent avant tout faire face à leur pire ennemi : eux-mêmes. Parce que, parfois, distinguer le bien du mal est bien difficile, lorsque le cœur et la raison ne s’accordent pas sur la voie à suivre …

Au terme d’un long et éprouvant voyage à travers les montagnes, les quatre Clans semblent enfin être arrivés à destination … Mais la fin de l’errance sonne également la fin de la paix. Après des semaines d’entraide et d’amitié, les rivalités claniques reprennent de plus belles tandis que le doute s’insinue dans le cœur de chacun : pourquoi le Clan des Etoiles ne se manifeste-t-il pas ? se seraient-ils installés au mauvais endroit ? leurs ancêtres les auraient-ils abandonnés ? Nuage de Feuille le sent, au plus profond d’elle-même : pour éviter qu’une guerre n’éclate autour du lac, il faut rétablir le lien avec les guerriers d’autrefois, trouver une nouvelle Pierre de lune qui permettra aux guérisseurs de partager les rêves de leurs ancêtres et aux chefs de recevoir leurs neuf vies et leur nom. De son côté, Griffe de Ronce ressent plus que jamais l’envie d’apprendre à connaitre Plume de Faucon, son demi-frère … mais se heurte à l’hostilité de Poil d’Ecureuil, qui se méfie de l’ambitieux guerrier du Clan de la Rivière qui semble avoir hérité de la soif de pouvoir de son cruel père, Etoile du Tigre ….

Plusieurs histoires s’entremêlent donc dans ce livre. Tout d’abord, le récit de l’installation des quatre Clans dans leurs nouveaux territoires … Profondément marqués par la destruction de leur ancien foyer, les chats sauvages peinent à apprivoiser ces terres inconnues, et les tensions sont plus fortes que jamais tandis que les doutes s’installent dans les cœurs. Ce tome est également celui des luttes intestines de pouvoir : d’un côté, un guerrier sage et prudent mais timide et peu assuré, de l’autre, un guerrier belliqueux et fier qui juge son nouveau meneur inapte à diriger le Clan … A quoi tient la légitimité d’un chef, lorsqu’il n’a pas encore reçu son nom de la part du Clan des Etoiles ? Une sombre machination se met progressivement en place, sans que le lecteur ne s’en doute, et quand la trahison éclate au grand jour, la surprise et la peur sont plus fortes que jamais. Et cela d’autant plus qu’elle ravive la méfiance que l’on éprouvait déjà pour un guerrier … et qu’elle s’accompagne d’une sombre prophétie qui fait froid dans le dos : « Avant que la paix vienne, le sang fera couler le sang, et les eaux du lac deviendront pourpre » … Le lecteur devine bien ce qui se cache derrière cette effrayante prédiction, et n’en est que plus inquiet encore. Les tomes à venir promettent d’être animés et violents !

Ce roman nous invite ensuite à suivre la destinée de deux chats en particuliers : Nuage de Feuille et Griffe de Ronce. La première semble promise à un radieux avenir de guérisseuse : alors qu’elle n’est encore qu’une apprentie, c’est à elle que s’adresse les guerriers d’autrefois pour la guider jusqu’au lieu qui remplacera désormais la Pierre de Lune … Dans ce tome se mettent progressivement en place les sous-intrigues liées à la jeune chatte, et qui ne demandent qu’à être approfondie par la suite. Il est ici question de la foi et des croyances, du sens du devoir et des cris du cœur, de l’amitié et des secrets … Il est rare qu’une guérisseuse soit autant mise en avant, et on devine que de ses choix dépendra tout un pan de la saga : que de rebondissements en devenir ! Mais l’histoire est surtout centrée sur Griffe de Ronce, qui est définitivement un des personnages les plus intéressants et attachants de la saga, même s’il me fait bien souvent lever les yeux au ciel … C’est un jeune guerrier courageux et prometteur, gentil et bienveillant ... mais son ambition grandissante et son aveuglement vis-à-vis des agissements de son demi-frère sont un peu inquiétants. On le sent terriblement influençable, et cela d’autant plus que l’identité de son père a toujours été un fardeau pour lui : on sent qu’il a besoin de se convaincre que la soif de pouvoir d’Etoile du Tigre n’est pas héréditaire. En se persuadant que Plume de Faucon n’a rien hérité de mauvais de leur géniteur, il tente également de se rassurer vis-à-vis de lui-même …  Là encore, ce tome ne fait que poser les prémices d’une intrigue qui s’annonce aussi dramatique que terrifiante. L’histoire se répétera-t-elle ?

En bref, un tome bien plus riche qu’il n’y parait au premier abord : en l’espace de trois-cent pages, les chats des Clans découvrent leur nouveau territoire, se le partagent – non sans mal – et se l’approprient doucement tandis qu’éclatent les premiers conflits, préludes au déferlement de violence que nous annonce la prophétie … C’est un livre qu’on dévore sans vraiment s’en rendre compte, on passe d’un point de vue à l’autre sans difficultés, parce que les deux facettes de cette histoire sont aussi captivantes l’une que l’autre. Si j’aime beaucoup la douceur de Nuage de Feuille, qui se laisse parfois déborder par ses émotions, j’apprécie également énormément l’ambiguïté de Griffe de Ronce, qui ne sait plus qui croire et que penser … Tous les éléments se mettent progressivement en place pour offrir au lecteur un final grandiose, mais également un troisième cycle plus étonnant encore que les deux précédents. Car plus la saga avance, plus les intrigues se complexifient, plus les personnages se retrouvent confrontés à des choix aux conséquences imprévisibles … et surtout, plus le lecteur est incapable de s’arrêter ! Vous l’aurez compris, je suis définitivement aussi amoureuse de ce second cycle que du premier !

Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge de l’été 2018
(plus d’explications sur cet article)

dimanche 25 novembre 2018

Mes nuits à la caravane - Sylvie Deshors


Mes nuits à la caravane, Sylvie Deshors

Editeur : Rouergue
Collection : doado
Nombre de pages : 153
Résumé : Lucile a perdu sa mère adorée il y a quatre ans, et depuis, son père a sombré. Un jour, exaspérée, elle quitte la maison et s’installe dans une caravane, au bout du pré, dans laquelle sa mère aimait se réfugier pour peindre. Avec l’aide de trois copains, elle se construit un refuge, mais mène aussi l’enquête sur les raisons de la faillite du restaurant de ses parents…

Un grand merci à lecteurs.com pour l’envoi de ce roman dans le cadre de l’opération Explobooks.

- Un petit extrait -

« Mais pendant mes promenades nocturnes, je suis le plus souvent heureuse. Au cœur de la nuit, je suis une autre, fille des bois et des taillis. Dans le silence suspendu des animaux inquiets de ma présence, j’avance. Bientôt, les petits mammifères vont reprendre leurs activités. Le chemin de la belette, du renard ou du lièvre croisera le mien, si j’ai de la chance. La lune monte brusquement derrière les feuillus dont certains sont encore nus, puis elle franchit leur cime et rayonne dans le ciel. Comme je n’ai pas cours demain, je me cherche un nid de mousse sec où, le plus silencieusement possible, je m’enroule dans la couette et m’endors sous la caresse de l’air et d’un croissant de lune. »

- Mon avis sur le livre -

Reçu le samedi, lu le dimanche et chroniqué le lundi, ce tout petit livre à la couverture pleine de douceur et de poésie n’a pas fait long feu : aussitôt entré dans la pile à jour, aussitôt sorti, quelle belle vie pour un livre ! Après une lecture fort laborieuse qui m’avait vidée de mon énergie, je sentais que ce roman était ce dont j’avais besoin … Blottie dans mon lit, entourée de ma ménagerie de peluches – je le revendique haut et fort : j’aime les animaux en peluche et ne compte pas m’en séparer ! –, je me suis plongée dans cette histoire qui a illuminée mon après-midi par sa simplicité et son originalité. En moins de deux-cent pages, l’auteur est parvenu à me faire rêver toute éveillée avec cet ouvrage qui a tout du « livre-doudou », à relire à chaque fois que la vie est morne et triste, à chaque fois que l’existence est pesante et lourde …

Depuis la mort de sa mère, quatre ans auparavant, Lucile est seule. Bien sûr, son père est physiquement présent, mais son esprit s’est perdu dans les méandres alcoolisés de sa dépression. Un matin, exaspérée par le comportement de son père, fatiguée de devoir supporter seule le poids du quotidien, la jeune fille décide de s’installer dans la petite caravane au fond du pré, où sa mère venait s’isoler pour peindre et faire réserve de solitude. Petit à petit, ce lieu devient le point de ralliement des jeunes du bourg, qui n’ont nulle part ailleurs pour se retrouver : ce petit hameau du Limousin, comme bien d’autres en France, se meurt à petit feu tandis que les désertions pour la grande ville se multiplient. Lucile elle-même le sait bien : pour poursuivre ses études, pour trouver du travail, il lui faudra quitter Bellac, quitter tous ses amis, tous ses repères … Alors que Lucile hésite à remuer le passé pour comprendre les raisons de la fermeture du restaurant familial, son père semble enfin revenir à la vie …

Ce livre, loin de nous proposer une intrigue palpitante pleine de mystères et de rebondissements, nous conte au contraire une histoire somme toute assez banale, celle d’une adolescente à la croisée des chemins. Quatre ans après la mort de sa mère, Lucile commence à reprendre gout à la vie, mais est bloquée dans son élan de reconstruction par le laisser-aller de son père, qui semble avoir oublié qu’il avait une fille. Alors, Lucile s’échappe pour se retrouver : retranchée dans la caravane de sa mère, la jeune fille réfléchit à son avenir, à sa vie qui ne fait que commencer. Le temps passe, les amitiés enfantines se transforment en amours balbutiants, les après-midi au terrain de jeux laissent place aux soirées festives … et les certitudes deviennent des doutes. Pour pouvoir prendre son envol, Lucile doit tirer un trait sur le passé : elle veut savoir ce qui s’est passé, pourquoi le restaurant de son père a fermé, pourquoi il s’est ainsi laissé submergé par le chagrin au point de ne plus la voir, elle sa fille unique.

Pour Lucile, penser à l’avenir est aussi exaltant qu’angoissant : il va lui falloir quitter ce petit hameau qui l’a vu naitre et grandir, quitter sa belle campagne pour l’immense ville. En effet, même s’ils s’ennuient, même s’ils n’ont qu’une vieille caravane comme lieu de rassemblement, les jeunes de Bellac ne sont pas malheureux de leur sort, et c’est très réjouissant que de montrer que l’adolescence, ce n’est pas uniquement les sorties en ville et les soirées en boite. C’est aussi, tout simplement, une soirée au coin du feu, au son des guitares, à l’orée de la forêt. Quitter ce cocon de verdure est un déchirement pour beaucoup, et certains s’y refusent et choisissent ainsi un métier qui leur permettra d’y rester … Lucile l’exprime à plusieurs reprises : il n’y a que dans la nature qu’elle trouve la paix et l’apaisement, qu’elle trouve le bonheur. Perdue au milieu des bois, couchée à côté de la rivière, la jeune fille se sent bien, tout simplement. Je me suis ainsi sentie très proche de Lucile, puisque tout comme elle, j’ai souvent besoin d’aller m’isoler dans la nature pour retrouver la sérénité et la joie. J’ai d’ailleurs hâte de déménager dans notre futur petit village de 200 habitants perdu au milieu de 1600 hectares de forêt, je me sens étouffer dans ma grosse vallée bien trop peuplée et trop urbanisée pour la petite sauvageonne que je suis !

En bref, c’est bien simple : je suis tombée amoureuse de ce tout petit livre, véritable condensé de douceur qui invite à ouvrir son cœur au bonheur, véritable ode à la nature et à l’amitié, à la musique et à l’avenir … Sylvie Deshors a vraiment une très belle plume, pleine de poésie, elle raconte cette histoire comme on chuchoterai un conte à l’oreille d’un ami. C’est un livre plein de tendresse, de délicatesse, c’est comme une feuille qui virevolte dans les airs avant de se poser doucement au sol, c’est comme un ronronnement de chat. Ça fait du bien. Ça rend heureux. En toute simplicité, l’auteur nous offre une histoire riche en émotions et en enseignements. Pas besoin de faire long, pas besoin de faire compliqué, pour transmettre des messages forts et profonds, pour toucher le lecteur au plus profond de son être …

Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge de l’été 2018
(plus d’explications sur cet article)

samedi 24 novembre 2018

Glitter, tome 2 : Shatter - Aprilynne Pike


Glitter2, Aprilynne Pike
Shatter

Editeur : Dreamland
Nombre de pages : 379
Résumé : Au 22e siècle, on vit au château de Versailles presque comme à l'époque du Roi-Soleil. Mais le luxe et le confort ne font pas oublier à la jeune Danica qu'elle est surveillée en permanence par des robots et qu'elle doit se plier à la volonté d'un roi terrifiant. La jeune fille n'a pas réussi à éviter son mariage arrangé avec le souverain, elle est désormais unie à lui pour le meilleur... et surtout pour le pire. Mais son nouveau rôle de reine se révèle également dangereusement addictif. Petit à petit, Danica prend goût au pouvoir, à ses manigances, ses intrigues et ses excès. Elle se laisse griser, au risque d'oublier l'homme qu'elle aime en secret et à qui elle avait pourtant promis de s'enfuir...

Un grand merci aux éditions Dreamland pour l’envoi de ce volume.

- Un petit extrait -
« Mon époux marche d’un pas déterminé. Mais nous ne nous pressons pas : il est l’incarnation de la démarche royale, et malgré mes cours avec Giovanni, sa présence innée éclipse la mienne. Elle me donne le sentiment d’être redevenue la roturière que j’étais. Lui seul en est capable. Même Lady Cyn ne peut percer l’armure que sont ma posture et mon élégance. C’est de cela que Lord Aaron parlait. Le roi porte son pouvoir telle une lourde cape de fourrure. Parfois, sous une vraie cape en fourrure. Je convoite ce pouvoir, ce que je ne comprends que maintenant. Une reine avec du pouvoir ne serait pas acculée dans un coin de sa chambre. Une reine avec du pouvoir n’aurait pas le cœur qui bat à se rompre à l’idée de parler à son roi de mari. Une reine avec du pouvoir ne baisserait pas les yeux dans les couloirs, de peur de ce qu’elle pourrait voir. Et une reine avec du pouvoir pourrait - peut-être - trouver un moyen de s’échapper de ce château en un seul morceau. »
- Mon avis sur le livre -

Pour l’adepte de la relecture que je suis, la sortie d’un nouveau tome est toujours une bonne excuse pour relire le ou les tomes précédents de la saga sans avoir à se justifier : il semble parfaitement naturel de vouloir se rafraichir la mémoire avant d’entamer une suite, n’est-ce pas ? Je pense cependant que, même sans la sortie de Shatter, j’aurai fini par relire Glitter d’ici la fin de l’année : en ce début d’automne, qui est souvent synonyme de coup de mou chez moi, j’avais terriblement envie et besoin d’un page-turner décoiffant et captivant pour me rebooster ! C’est ce que j’apprécie dans la relecture : comme on sait à quoi s’attendre, on peut se servir de ces livres déjà lus pour désamorcer une panne de lecture dont on connait l’origine … Besoin de réconfort ? Il suffit de piocher dans un livre-doudou. Besoin d’énergie ? Sortons donc un livre au rythme effréné pour réveiller notre esprit embrumé par le froid ! Et, cerise sur le gâteau : j’avais le tome suivant sous la main, ce qui allait m’éviter la frustration intense causée par la fin de Glitter … Du moins, c’est ce que je pensais !

Enfer et damnation ! Trahie par celui qui devait organiser son évasion, Danica n’a eu d’autre choix que d’épouser Justin, roi de Versailles-Sonoma, P.D.G. et président du Conseil de Sonoma Inc. …. Elle le sait, toutes les jeunes – et moins jeunes – femmes de la Cour envient sa position et certaines seraient prêtes à tout pour prendre sa place. Mais aucune d’elles ne connait – ni ne soupçonne – la vérité : le jeune monarque est un meurtrier, et elle n’a aucune intention de passer le restant de ses jours à ses côtés. Tandis qu’elle cherche une solution pour se sortir de ce guêpier, la toute nouvelle reine-malgré-elle se laisse progressivement griser par le pouvoir qu’elle détient désormais entre ses mains … Au fil des manigances et des conspirations, Danica perd petit à petit son objectif premier de vue, aveuglée par son désir de vengeance et enivrée par ce qui n’était au départ qu’une simple comédie destinée à servir ses intérêts …

Nous retrouvons donc Danica là où nous l’avons laissé suite au terrible cliffhanger du premier tome : devant l’autel, piégée dans sa robe de mariée. Très rapidement, nous comprenons que le désespoir qui l’animait auparavant s’est transformé en haine pure : on le sent, la jeune fille n’est plus seulement guidée par le désir de liberté, mais bien plus encore par celui de se venger. Et pour cela, elle le sait, elle n’a qu’une solution : profiter de son nouveau statut de reine. Utiliser le pouvoir qui est maintenant le sien. Devenir aussi impitoyable et retorse que le roi. Elle n’imaginait toutefois pas que cela allait être aussi grisant, aussi enivrant, aussi exaltant … Progressivement, ce qui n’était au départ qu’un simple rôle qu’elle s’efforçait de jouer pour atteindre ses objectifs se métamorphose en une véritable addiction. Jusqu’à ce que Danica ne se reconnaisse plus elle-même, jusqu’à ce qu’elle ne sache plus qui elle est réellement … Bien qu’elle soit moins attachante que dans le premier tome, du fait justement de cette évolution, Danica est bien plus intéressante de par cette complexité inouïe. C’est vraiment rare, je trouve, de trouver un personnage aussi ambivalent, aussi ambiguë que ne l’est Danica … Quel régal !

Cependant, malgré sa volonté de prendre sa vie en main et d’être seule maitresse de son destin, notre jeune reine va rapidement comprendre qu’elle n’a pas toutes les cartes en main : pour parvenir à ses fins, le pouvoir ne suffira pas, il lui faut également la connaissance. Aidée par quelques amis de confiance, elle se lance donc dans une nouvelle quête : celle ses secrets et des mystères … Et croyez-moi, ce qu’elle découvre est vraiment stupéfiant, effarant ! Je ne m’attendais pas du tout à un tel retournement de situation, à un rebondissement pareil, à une révélation de cette ampleur ! Plus d’une fois, j’ai carrément stoppé ma lecture, bouche-bée, le souffle coupé, totalement abasourdie par ce que je venais de lire. Vraiment, je suis époustouflée ! Le premier tome était centré uniquement sur Danica et sa volonté de fuir cette prison dorée … mais on se rend progressivement compte que la pauvre s’est retrouvée impliquée dans une machination qui la dépasse et dont elle n’est finalement qu’un pion parmi d’autres. D’autant plus que l’on ne sait pas qui tire réellement les ficelles, tant les complots se mêlent et s’entremêlent.

En bref, vous l’aurez bien compris : ce second tome dépasse toutes mes espérances ! Beaucoup d’actions et de révélations sont au rendez-vous pour nous offrir une histoire captivante et pleine de surprises ! Certains regretteront sans doute le fait que la romance est reléguée au second plan, mais j’en suis pour ma part fort ravie : l’intrigue n’en est que plus intéressante ! Entre jeux de pouvoir et de séduction, entre complots et machinations, croyez-moi, vous ne vous ennuierez pas … et vous en redemanderez ! En effet, l’autrice nous offre un final en double-versant : d’un côté, on a le sentiment que l’histoire est bouclée … mais de l’autre, on a l’impression qu’une nouvelle histoire ne demande plus qu’à être couchée sur papier pour nous entrainer, encore, dans un tourbillon totalement imprévisible ! Je croise vraiment les doigts pour retrouver Saber et Danica dans de nouvelles aventures (et j’espère recroiser Justin, aussi, parce que c’est également un personnage très intrigant) ! Alors, qu’attendez-vous pour plonger dans cette incroyable saga ?

Ce livre a été lu dans le cadre du Tournoi des 3 Sorciers
(plus d’explications sur cet article)