mercredi 23 janvier 2019

Les ondes maléfiques - Laure St Andrea


Les Ondes Maléfiques, Laure St Andrea

Editeur : Autoédition
Nombre de pages : 440

Résumé : Paris, Francie, 2151. Les glaciers fondent et l’eau monte, comme la température. La sécheresse rend les terres stériles et la population meurt de faim. Le travail se fait rare, l'argent encore plus. Lina, 17 ans, bac en poche, décroche un job d’été pour aider ses parents. Lorsque ceux-ci sont enlevés par des hommes en noir pour une raison qu’elle ignore, elle se retrouve seule, avec sa sœur Emma et son frère Yannis. Aidée par Oncle Alfred, le vieux professeur de son père, elle va infiltrer les sphères du pouvoir et jouer les espionnes …


Un grand merci à Laure St Andrea pour l’envoi de ce volume et à la plateforme SimPlement pour avoir rendu ce partenariat possible.

- Un petit extrait -

« J’ai l’impression d’être un moucheron pris dans une toile d’araignée. Une fourmi aux ordres de la reine. Enfin, du roi, le roi Quentin. Que pouvons-nous faire ? Que peuvent des fourmis face au rouleau compresseur du nouvel ordre social dessiné par le tout nouveau Président de la Francie, Quentin Lavasse ? Il avait rêvé, avait-il expliqué durant la campagne électorale, d’une nation où le mérite serait reconnu, où la valeur d’un individu pour la communauté serait distinguée à hauteur du service rendu. Le résultat : une organisation sociale à deux vitesses avec en bas de l’échelle : nous autres, pauvres vermisseaux rampant dans l’air pollué des villes et nous nourrissant de barres protéinées à l’origine douteuse et en haut : la classe dirigeante.  »
- Mon avis sur le livre -

Dans la vie d’un lecteur, il y a d’un côté les livres exceptionnels, ceux dont on se souviendra toute notre vie car ils nous ont chamboulé d’une façon ou d’une autre, et de l’autre les déceptions, que l’on regrette presque d’avoir lu tant leur lecture a été laborieuse …. et puis il y a les livres « du milieu », ceux qui nous font passer un bon moment de détente sans prise de tête, mais qui ne sont pas des coups de cœur. Je trouve que ces livres sont importants à leur manière : ils sont parfaits pour se « reposer » l’esprit, pour se vider la tête et faire une petite pause quand on a le sentiment que notre cerveau va exploser … Indéniablement, Les Ondes Maléfiques entre dans cette catégorie : ce n’est pas le prochain Goncourt des lycéens, ce n’est pas « un chef d’œuvre qui deviendra un grand classique dans une centaine d’années » … mais c’est une lecture fort sympathique qui fait du bien au moral par sa simplicité même !

Lina est une adolescente presque comme les autres : elle vient de décrocher son bac ainsi que son premier petit boulot, a une petite sœur et un petit frère insupportables mais qu’elle aime énormément quand même, et passe le plus de temps possible avec sa Bande de copains … Mais Lina vit en 2151, dans un monde dévasté … Paris n’est plus que l’ombre d’elle-même : comme toutes les grandes villes, elle est recouverte d’une épaisse brume de pollution qui oblige ses habitants à porter des masques filtrants en permanence, tandis que les « grands de ce monde » se prélassent dans des cités aériennes où l’air est pur et où les aliments ne sont pas contaminés … Pire encore : ses parents viennent d’être enlevés par d’illustres inconnus vêtus de noir, et la voici seule avec ses « deux petits monstres » et son inquiétude … Direction la demeure du vieux professeur de son scientifique de père, en espérant que celui-ci acceptera de les aider à retrouver leurs parents !

Ne nous mentons pas : lorsque j’ai compris que la narration était à la première personne – ce que n’annonçait pas le résumé –, j’ai fait la grimace … Ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, et cela d’autant plus quand le ton est très familier, comme c’est le cas ici. Aussi étonnant que cela puisse paraitre, j’ai beaucoup plus de mal à m’attacher à un personnage lorsque c’est celui-ci qui nous raconte sa propre histoire … En particulier si le personnage en question et moi n’avons pas le moindre point commun ! Autant vous dire que les débuts furent difficiles et que les réflexions de Lina m’ont plus d’une fois fait lever les yeux au ciel ! Il m’a fallu plusieurs chapitres pour réellement « entrer » dans l’histoire … Mais une fois ce cap franchie, ma lecture s’est avérée plutôt agréable, et je pouvais dévorer deux-cent pages en une seule journée, alors que mon rythme « habituel » est plutôt d’une centaine de pages par jour ! C’est vraiment un livre qui se lit facilement, car la narration est très « simple » : c’est comme si Lina nous racontait « de vive voix » ses aventures … 

Et quelles aventures ! Une fois encore, il ne faut pas se voiler la face : l’histoire est finalement assez classique, avec une jeune fille « banale » qui se retrouve propulsée au cœur d’une sombre histoire de complots où de mystérieux méchants enlèvent des scientifiques pour profiter de leurs merveilleuses découvertes … Comme on s’en doute, l’héroïne va se découvrir des aptitudes « indispensables » pour mettre fin à ces machinations et choisit de prendre de grands risques en infiltrant les hautes sphères corrompues … L’intrigue a beau être « clichée », les péripéties et révélations ont beau être « prévisibles » pour les adeptes du genre, cela ne m’a pas empêchée de trembler pour la miss Lina – qui n’est finalement pas si superficielle et insupportable que cela lorsqu’on apprend à la connaitre ! – et de vouloir à tout prix savoir la suite ! Je sentais venir un énorme happy end et je tenais à savoir comment on allait y parvenir ! Ce livre, finalement, c’est un livre « sans surprise », on livre dont on devine rapidement le dénouement sans avoir à se faire des nœuds au cerveau … et c’est vraiment rafraichissant, parfois, de se plonger dans une intrigue « toute simple » !

En bref, vous l’aurez compris, malgré quelques appréhensions au départ et malgré le « peu d’originalité » de l’histoire, j’ai bien aimé ce roman « sans prise de tête » qui plaira sans doute beaucoup plus aux adolescentes d’une quinzaine d’années, qui s’identifieront plus facilement à l’héroïne ! Il y avait de très bonnes idées – sur la manipulation des dirigeants, sur l’éthique des recherches scientifiques, sur l’uniformisation dans nos sociétés … –, qui ont malheureusement été reléguées au second plan, derrière les petites amourettes et autres préoccupations typiques de l’adolescence ! C’est dommage, car cela aurait apporté plus de profondeur à ce récit qui, bien que sympathique, ne se démarque pas vraiment des autres ouvrages du même acabit … A réserver, donc, pour les moments où on veut « un bon bol d’air littéraire », où l’on souhaite tout simplement lire sans se poser de question, juste pour s’évader un petit peu !

  

Ce livre a été lu dans le cadre du Tournoi des 3 Sorciers
(plus d’explications sur cet article)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire