samedi 14 juillet 2018

Une seconde chance - Elodie Nowodazkij


Une seconde chance, Elodie Nowodazkij

Editeur : Dreamland
Nombre de pages : 285
Résumé : Depuis sa rupture avec Nick, Emilia ne croit plus en rien. La jeune danseuse a été meurtrie par sa rupture avec Nick qui est sorti avec une autre fille. Elle fait tout pour l’oublier et se concentrer sur son objectif : décrocher la première place dans le spectacle de son école de danse. Elle répète sans relâche pour réussir à devenir danseuse étoile et avoir le brillant destin dont elle rêve. Mais dans la vie rien ne se passe jamais comme prévu et Emilia doit se rendre à l’évidence : ce n’est pas facile d’être la meilleure. C’est le moment que Nick choisit pour revenir dans sa vie. Il affirme avoir réalisé son erreur et semble prêt à tout pour avoir une seconde chance…

Un grand merci aux éditions Dreamland pour l’envoi de ce volume.

- Un petit extrait -
« Etre le meilleur, ça ne veut pas forcément dire avoir la première place sur le podium. Etre le meilleur, c’est aussi savoir ce qui nous rend heureux, s’accrocher à ses rêves, ne jamais abandonner, et rester fidèle à soi-même. Etre le meilleur, c’est surtout prendre plaisir à chaque étape de ce chemin qui nous mène à nos rêves. »
- Mon avis sur le livre -

Je me rends compte aujourd’hui à quel point il est difficile de parler d’un livre sans parler de soi par la même occasion : comme cela me l’avait fait avec In love et autres désastres, j’ai eu l’étrange sentiment qu’Une seconde chance avait été écrit spécifiquement pour moi, et comme cela me l’avait fait avec Pour toujours … jusqu’à demain, j’ai également eu la sensation qu’Une seconde chance était entré dans ma vie exactement au bon moment. Moi qui m’attendais à une simple romance sur fond de danse classique, je me suis retrouvée face à un miroir de ma propre vie, ou plutôt face à un reflet de mes questionnements, de mes doutes, de mes peurs. Ce livre est présenté comme une « leçon de vie », et c’est effectivement ce qu’il fut pour moi … Mais avant toute chose, ce livre, c’est une très belle histoire d’amour, d’amitié et de famille !

Plusieurs mois ont passé, et pourtant Emilia est toujours aussi dévastée par les événements survenus l’été précédent. Elle a beau tenter de se convaincre que tout est définitivement terminé entre Nick et elle, elle ne peut s’empêcher de souffrir lorsqu’elle le voit en compagnie d’une autre fille. Elle a besoin de lui, son meilleur ami de toujours, son petit copain d’un été. Elle a besoin de lui pour surmonter le rejet de sa mère biologique, le stress des auditions qui approchent, l’angoisse que fait naitre la santé fragile de sa grand-mère. Elle a besoin de lui, mais n’est pas certaine d’être prête à lui pardonner. Parce qu’il est parfois difficile de donner, de se donner, une seconde chance …

Petit conseil préliminaire : avant de vous lancer dans ce roman, lisez le premier tome, Un été pas comme les autres. Il est parfaitement possible de comprendre ce livre sans cela – j’en suis la preuve – mais cela sera probablement bien plus agréable pour vous ! Autre petit conseil, peut-être plus important encore : prévoyez le paquet de mouchoirs. C’est un livre atrocement émouvant, il est rare que je pleure autant devant un roman, mais là, je ne pouvais pas retenir mes larmes. Pas uniquement parce que l’histoire est triste, mais plutôt parce que l’histoire est belle. Nick et Emilia sont deux personnages très attachants. Un jeune homme malheureux comme la pierre de faire souffrir celle qu’il aime mais obligé de se plier aux exigences paternelles s’il veut voir sa scolarité financée, une jeune fille douce et gentille qui ne sait plus comment faire pour rendre son entourage fier d’elle … Deux jeunes gens qui ne savent plus vraiment quoi faire de leurs rêves, de leur vie. Mais qui sont sûrs d’une chose : c’est à deux qu’ils sont heureux.

Cela aurait donc pu être simplement une jolie romance pour adolescente comme on en trouve tellement. Mais ce livre a vraiment un petit quelque chose en plus, qui le rend unique. Déjà, il ne s’agit pas uniquement d’une histoire d’amour : il est également question d’amitié, de famille … Emilia est en quête de vérité sur ses origines : elle veut comprendre pourquoi sa mère biologique l’a abandonnée, pourquoi elle l’a rejetée avec tant de violence cet été, elle veut savoir ce que son père lui cache encore. Nick a décidé de remettre les pendules à l’heure avec son père : il refuse d’obéir plus longtemps à ses règles absurdes et entend mener sa vie comme il l’entend, choisir la petite amie qui lui plait et exercer le métier qu’il désire. Car voilà quelles sont les véritables thématiques de ce roman : l’avenir et le bonheur. Pour Nonna, la grand-mère d’Emilia, l’important est de faire de sa vie un conte de fées, de vivre avec le sourire aux lèvres, pour mourir en paix avec soi-même après une vie entière de joie. 

Et pour cela, Nonna offre plusieurs conseils à sa petite fille et, par la même occasion, au lecteur : il faut se fier à son cœur et non à sa raison. Il faut aimer et pardonner. S’aimer et se pardonner. Les deux vont souvent ensemble. Emilia veut prouver au monde entier, veut se prouver à elle-même, qu’elle est capable d’être la première, la meilleure, et non pas l’éternelle seconde. Elle travaille dur, avec acharnement, et sa technique est proche de la perfection. Mais la technique ne suffit pas en danse classique : pour décrocher le premier rôle de la pièce, il va lui falloir faire la paix avec son cœur, avec ses émotions, pour les laisser transparaitre dans ses mouvements. Mais Emilia va se retrouver confrontée à une question cruciale : danser pour être la meilleure, est-ce vraiment une passion ? Je me suis retrouvée dans le perfectionnisme d’Emilia, dans son besoin maladif de faire toujours mieux, dans son insatisfaction chronique envers elle-même, et dans son incertitude quant au futur. Je ne suis pas certaine que les enseignements emplis de sagesse de Nonna vont suffire à me faire changer du tout au tout, mais je remercie chaudement l’auteur pour ces conseils avisés. A moi d’essayer de les mettre en pratique, maintenant …

En bref, vous l’aurez compris, je suis tombée amoureuse de ce livre. Des personnages incroyablement attachants avec qui on a envie d’être amis, une histoire émouvante et sympathique qui aborde pléthore de thématiques importantes : le besoin de connaitre ses origines pour se construire, les mensonges et les secrets qui empoisonnent les relations familiales, le pardon, le handicap, l’avenir professionnel, le bonheur, le deuil, l’amitié … Bien plus qu’une simple romance, ce récit invite le lecteur à suivre les deux narrateurs au cours de cette année scolaire qui va bouleverser leur vie toute entière. C’est un livre qui mêle légèreté et gravité, qui vous fait passer du rire aux larmes, qui vous prend par les tripes et qui vous fait battre le cœur un peu plus vite. Quel livre, mais quel livre ! Je pense qu’il me faudra plusieurs mois pour m’en remettre et qu’il me faudra plusieurs relectures pour assimiler la belle leçon de vie que nous donnent Emilia et Nick. Foncez, vraiment, n’hésitez pas, ce livre est une perle rare qui fait un bien fou !

Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge de l’été 2018
(plus d’explications sur cet article)

samedi 7 juillet 2018

Lena Wilder, carnet 1 : Sauvage - Johan Heliot


Lena Wilder1, Johan Heliot
Sauvage

Editeur : Lynks
Nombre de pages : 302
Résumé : Depuis sa plus tendre enfance, Lena fuit. Quoi ? Elle l'ignore, puisque sa mère n'a jamais voulu le lui dire. Jusqu'au jour où elles débarquent à Arkhoon, patelin paumé du Midwest des États-Unis. Pendant que sa mère travaille aux abattoirs de la ville, Lena tente de s'intégrer à son nouveau lycée. C'est sans compter ses fringales, sa soudaine puberté, et l'éveil de sa nature profonde. Un éveil qui la mènera sur les traces de son père et le mystère de ses origines...

Un grand merci aux éditions Lynks pour l’envoi de ce volume et à la plateforme SimPlement pour avoir rendu ce partenariat possible.

- Un petit extrait -

« Avant les confessions de ma mère, je n'avais aucun élément susceptible d'être exploité pour lancer une recherche. Mais à partir d'un simple nom, fût-il un pseudo, on pouvait récolter des tas d'infos en ligne, à commencer par une adresse mail. Oui, ça valait vraiment le coup d'essayer ! »

- Mon avis sur le livre -

Je pense ne pas être la seule dans ce cas : lorsque j’apprécie la plume d’un auteur, je ne peux pas m’empêcher de me jeter sur ses nouveaux livres dès leur sortie. Du coup, à la seconde même où j’ai vu ce roman sur Simplement, j’ai postulé en croisant bien fort les doigts : cela faisait déjà le troisième service de presse que je demandais aux éditions Lynks par l’intermédiaire de ce site, et j’avais légèrement peur qu’ils commencent à en avoir marre de moi ! Fort heureusement pour moi, ce n’est visiblement pas le cas, et j’ai eu la chance de pouvoir retrouver Johan Heliot, dont j’avais adoré la tétralogie de science-fiction CIEL, avec ce premier tome d’un dyptique fantastique aux accents de road-trip … Derrière cette couverture, que je trouve magnifique par sa simplicité même, se cache donc une histoire qui m’a captivée !

Au fil des années, Lena est devenue experte en déménagements : depuis sa plus jeune enfance, sa mère la promène d’un bout à l’autre du pays, fuyant de mystérieux individus qu’elle appelle les « Démarcheurs » et qui semblent la terrifier. Lena ne sait rien d’eux, comme elle ne sait rien de son père : elle sait juste qu’elle est de plus en plus inquiète pour la santé mentale de sa mère, et qu’elle va assurément passer les mois les plus ennuyeux de sa vie dans ce village désolé à l’ambiance pesante. C’est du moins ce qu’elle imaginait … avant de découvrir le secret de ses origines. L’éveil de sa nature profonde vient bouleverser toute son existence, et la voilà obligée de fuir, de se battre, pour survivre …

Au premier abord, donc, une histoire qui semble assez classique, je l’admets volontiers. Le temps des premiers chapitres, je ne voyais pas trop où l’auteur voulait nous emmener, je me demandais quand l’intrigue allait enfin se lancer pour de bon … Le début était plutôt longuet, comme pour nous faire ressentir toute la lassitude de Lena face à ces incessants déménagements, tout son agacement face à la paranoïa grandissante de sa mère qui l’oblige à devoir sans cesse changer d’établissements scolaires. Lena est une adolescente désabusée, rendue solitaire par la force des choses, qui a grandi sans rien connaitre de son père et qui en souffre en silence. Les relations avec sa mère sont tendues, et leur arrivée dans cette ville désolée ne va rien arranger : Lena a le sentiment d’avoir touchée le fond, qu’elle va mourir d’ennui avant même que sa mère ne se laisse rattraper par son besoin incessant de fuir un danger invisible … Danger que le lecteur se languit de rencontrer, parce qu’on a envie qu’un peu d’action vienne remuer tout cela !

Et de l’action, en veux-tu, en voilà ! A partir du moment où Lena apprend la vérité sur les changements qui s’opèrent en elle – et qui n’ont rien à voir avec une puberté tardive comme elle le pensait au départ –, tout s’accélère. Ni Lena ni le lecteur n’a désormais plus le temps de reprendre son souffle : non seulement les Démarcheurs tant redoutés par sa mère sont effectivement à ses trousses, mais voilà que les membres de la Horde cherchent à se servir d’elle pour se venger de son père, ce père dont elle ne connait même pas le prénom. De rebondissements en coups de théâtre, de retournements de situation en révélations, le lecteur se retrouve embarqué dans une véritable course poursuite. Et on tourne les pages, et on dévore les chapitres, et on veut savoir ce qu’il va arriver, comment tout cela va se finir. C’est un roman très sombre, qui parle de fanatisme, d’intolérance, de bestialité et d’humanité, les deux semblant parfois se confondre et se mélanger. Un peu de douceur avec la romance – fort heureusement très discrète – entre Lena et son bad boy vient cependant adoucir un peu la violence qui règne dans ce récit. Récit qui est par ailleurs incroyablement bien écrit. Quel plaisir de retrouver la plume de Johan Heliot, toujours aussi percutante, aussi vivante !

En bref, vous l’aurez compris, ce fut une très bonne lecture, et j’ai hâte d’avoir le second tome entre les mains afin de connaitre le fin mot de l’histoire ! Johan Heliot nous offre une histoire palpitante, très banale au premier abord mais finalement fort sympathique, qui se dévore à une vitesse incroyable ! La simplicité a parfois du bon : certains regretteront peut-être le côté un peu « manichéen » de l’intrigue – d’un côté les gentils, de l’autre les méchants, même si tout le monde s’accordera sans doute pour dire que la frontière entre les deux est parfois floues – mais cela ne m’a pour ma part nullement dérangée, bien au contraire. Bien trop souvent, les héros semblent ne pas savoir ce qu’ils veulent, tandis que Lena sait contre qui, contre quoi, elle se bat, elle sait parfaitement où elle va. J’aime beaucoup Lena, même si elle est parfois tête à claques : elle est déterminée, elle a le sens du devoir, elle ne devient pas complétement abrutie lorsqu’elle est en présence d’un beau mâle garçon … Et rien que pour cela, je vous conseille ardemment ce livre !

Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge de l’été 2018
(plus d’explications sur cet article)

dimanche 1 juillet 2018

Pause estivale


- Pause estivale -


Je pense que cela n’aura échappé à personne : depuis septembre, le blog a repris du poil de la bête ! En effet, après une année à subir une panne de lecture ainsi que la baisse de moral qui allait avec, j’ai décidé de traiter le mal par le mal : je me suis imposée un planning de lecture afin de vous proposer des chroniques régulières, j’ai repris la bonne habitude d’établir des bilans mensuels pour me motiver à lire … Et la stratégie s’est avérée payante : j’ai enfin retrouvé le gout de la lecture ainsi que la motivation pour gérer quotidiennement le blog !

J’en profite d’ailleurs pour vous remercier, vous lecteurs qui passez de plus en plus régulièrement ici : si vous n’étiez pas là pour me prouver que je n’écris pas dans le vide, j’aurai probablement fini par baisser les bras ! Merci particulièrement à tous ceux qui me laissent des petits commentaires : ça fait vraiment plaisir de vous lire. Mais je tiens également à remercier tous les auteurs et éditeurs qui m’ont fait confiance et qui m’ont envoyé leurs ouvrages afin que je les chronique : c’est en grande partie grâce à vous  - et à vos livres - que j’ai réussi à remonter ainsi la pente.

Mais voilà, les vacances sont là, l’année scolaire est terminée, et il est grand temps de faire une petite pause, d’autant plus que je compte bien avancer sur un autre projet durant cet été … C’est pourquoi, jusqu’au 31 aout, je ne posterai plus qu’une chronique par semaine au lieu de deux : je vous donne donc rendez-vous tous les samedis ! Je vous souhaite de passer un agréable été, et surtout, n’oubliez pas de lire !

A très bientôt !


Le bilan du mois de juin 2018


- Bilan du mois de juin 2018 -

Un petit mois de lecture : beaucoup de comics, certes, mais vraiment très (trop !) peu de romans. La faute à la représentation de théâtre, qui m’a demandé énormément de travail durant la première moitié du mois, et à la Soirée des Talents du collège de mon frère, qui m’a occupée durant la deuxième moitié ! Ajoutez à cela mon projet estival que j’ai commencé en début de mois, et vous comprendrez que je trouve moins de temps pour la lecture actuellement !

- Les livres lus -

Durant le mois de juin, j’ai lu 37 livres :
- Star Wars - Bash (Kelly Thompson, Emilio Laiso et Rachelle Rosenberg)
- Star Wars - La guerre secrète de Yoda, partie 1 (Jason Aaron et Salvador Larroca)
- Star Wars - La guerre secrète de Yoda, partie 2 (Jason Aaron et Salvador Larroca)
- Star Wars - La guerre secrète de Yoda, partie 3 (Jason Aaron et Salvador Larroca)
- Star Wars - La guerre secrète de Yoda, partie 4 (Jason Aaron et Salvador Larroca)
- Star Wars - La guerre secrète de Yoda, partie 5 (Jason Aaron et Salvador Larroca)
- Star Wars - La Citadelle Hurlante, partie 1 (Kieron Gillen et Marco Checchetto)
- Star Wars - La Citadelle Hurlante, partie 2 (Jason Aaron et Salvador Larocca)
- Star Wars - La Citadelle Hurlante, partie 3 (Kieron Gillen et Andrea Broccardo)
- Star Wars - La Citadelle Hurlante, partie 4 (Jason Aaron et Salvador Larroca)
- Star Wars - La Citadelle Hurlante, partie 5 (Kieron Gillen et Andrea Broccardo)
- Star Wars - Des Rebelles Naufragés (Jason Aaron et Salvador Larroca)
- Star Wars - Les Treize Caisses (Jason Aaron et Salvador Larroca)
- Star Wars - La revanche de l'astromécano (Jason Aaron et Salvador Larroca)
- Star Wars - Fierté Impériale (Jason Aaron et Salvador Larroca)
- Star Wars - Dark Vador : L’Elu, partie 1 (Charles Soule et Giuseppe Camuncoli)
- Star Wars - Dark Vador : L’Elu, partie 2 (Charles Soule et Giuseppe Camuncoli)
- Star Wars - Dark Vador : L’Elu, partie 3 (Charles Soule et Giuseppe Camuncoli)
- Star Wars - Dark Vador : L’Elu, partie 4 (Charles Soule et Giuseppe Camuncoli)
- Star Wars - Dark Vador : Les ténèbres étouffent la lumière, partie 1 (Charles Soule et Giuseppe Camuncoli)
- Star Wars - Docteur Aphra : Aphra, partie 1 (Kieron Gillen et Kev Walker)
- Star Wars - Docteur Aphra : Aphra, partie 2 (Kieron Gillen et Kev Walker)
- Star Wars - Docteur Aphra : Aphra, partie 3 (Kieron Gillen et Kev Walker)
- Star Wars - Docteur Aphra : Aphra, partie 4 (Kieron Gillen et Kev Walker)
- Star Wars - Docteur Aphra : Aphra, partie 5 (Kieron Gillen et Kev Walker)
- Star Wars - Docteur Aphra : Aphra, partie 6 (Kieron Gillen et Kev Walker)
- Star Wars - Docteur Aphra : L’énorme magot, partie 1 (Kieron Gillen et Kev Walker)
- Star Wars - Docteur Aphra : L’énorme magot, partie 2 (Kieron Gillen et Kev Walker)
- Star Wars - Docteur Aphra : L’énorme magot, partie 5 (Kieron Gillen et Kev Walker)
- Star Wars - Docteur Aphra : Hiérarchisation, partie 1 (Kieron Gillen et Kev Walker)
- Le poème dont vous êtes le héros (Guillaume Prié)
- Le secret de Lomé, tome 1 (Alexiane de Lys)
- Le passageur, tome 1 : Le coq et l’enfant (Mel Andoryss)
- Glitter, tome 1 (Aprilynn Pike)
- Dust Bowl (Fabien Fernandez)
- L’échange (Rebecca Fleet)
- Une seconde chance (Elodie Nowodazkji)

Soit :
- 30 lectures personnelles
- 7 services de presse
- 7 romans (dont 4 tomes uniques et 3 premiers tomes de séries)
- 30 comics

Pour un total de 2780 pages !
Depuis le 1er septembre 2017, j’ai validé 125 items pour la Coupe des 4 Maison et j’ai apporté 4350 points aux Poufsouffle !

- Les achats et réceptions -

Durant le mois de juin sont entrés sur les étagères 12 livres :
- La bibliothèque des citrons (Jo Cotterill)
- Des bleus au corps (Clara Richter)
- Une seconde chance (Elodie Nowodazkij)
- Lena Wilder, tome 1 : Sauvage (Johan Heliot)
- Chroniques des secondes heures de Tanglemhor, tome 1 : L'oeuf de Tanglemhor (Azaël Jhelil)
- Les chroniques de Pulpillac, tome 1 : Quand les poules avaient des dents (Jean-Luc Marcastel)
- Les chroniques de Pulpillac, tome 2 : La nuit des ponotes hématophages (Jean-Luc Marcastel)
- La marque du passé, A l'épreuve de la vérité (Cindi Myers et Paula Graves)
- La guerre des clans, cycle 5 : L'aube des clans, tome 2 : Coup de tonnerre (Erin Hunter)
- L’échange (Rebecca Fleet)
- Survivor (Tom Hoyle)
- Absurditerre (Azelma Sigaux)

Soit :
- 7 services de presse
- 2 lots de concours
- 1 achat en neuf
- 1 cadeau
- 1 réception imprévue

- Sur le blog -

Durant le mois de juin, 8 chroniques ont été postées sur le blog :
J’ai également posté le bilan du mois de mai, l’article de présentation du Challenge de l’été 2018 ainsi qu’une mise au point concernant les partenariats avec les autoédités.

Vous avez été 550 à visiter le blog et vous avez lu 1075 pages.

- La pile à lire pour juillet -

En juillet, je compte lire :
- Des bleus au corps (Clara Richter)
- Lena Wilder, tome 1 : Sauvage (Johan Heliot)
- Chroniques des secondes heures de Tanglemhor, tome 1 : L'oeuf de Tanglemhor (Azaël Jhelil)
- Survivor (Tom Hoyle)
- Absurditerre (Azelma Sigaux)