mercredi 8 avril 2020

Ephémérides de Théorr, tome 1 : La fille de la lune - Jessy Seigneur


Ephémérides de Théorr1, Jessy Seigneur
La fille de la lune

Editeur : Autoédition
Nombre de pages : 326
Résumé : Saêna est née pour mourir. Le croissant de lune bleu tatoué sur son bras l’atteste, à sa majorité elle devra se battre dans un combat à mort contre le Roi S’har. Et il la tuera. Mais la Pierre de Lune qui alimente le Bouclier d’Arca et protège les Alhya en attendant cet inévitable combat, s’affaiblit de jour en jour, laissant la ville sans défense. Lors d’une expédition à la recherche d’une nouvelle Pierre pour sauver son peuple, Saêna se fait capturer par les NeOhmas. Dans le but de la protéger, son mentor le Commandant Jiren cache son identité et la fait passer pour sa propre fille. Ce stratagème fonctionne, mais à quel prix...

Un grand merci à Jessy Seigneur pour l’envoi de ce volume et à la plateforme SimPlement pour avoir rendu ce partenariat possible.

- Un petit extrait -

« La jeune Dame savait qu’elle était précieuse, mais pour elle, la vie de chaque homme l’était. Elle tenait à protéger son peuple, dût-elle mourir pour Arca. Le Commandant Jiren savait qu’elle le tenait en grande estime et qu’elle écoutait et respectait chacune de ses paroles, et pour lui, ce respect était un immense honneur. Les Juges lui avaient ordonné de rendre compte de tous les déplacements de la Dame, mais il ne le ferait pas. Sa loyauté n’allait qu’à elle. Encore une fois, elle allait braver l’interdiction des Juges, et encore une fois, il la couvrirait sans honte.  »

- Mon avis sur le livre -

Cela fait quelques semaines, si ce n’est quelques mois, que mon rythme de lecture ralentit considérablement, à mon plus grand désespoir : quelle torture, quand on est plongé dans un véritable page-turner, de ne pas être capable d’avancer dans l’histoire, d’avoir le sentiment de stagner alors qu’on a qu’une seule envie, celle de découvrir rapidement la suite de l’histoire ! Alors qu’en général, il ne me faut que deux ou trois jours pour terminer une lecture, il m’arrive parfois désormais de rester une semaine, voire dix jours, sur le même roman. Alors, aux grands maux les grands remèdes : j’ai repris la bonne vieille méthode que j’utilisais au collège et au lycée pour m’obliger à avancer dans les lectures scolaires, et je me suis imposée un nombre de pages journalier. L’idée, c’est de me réhabituer à lire « vite », ou du moins, plus vite que je ne le fais en période de panne livresque. Et il semblerait que ça ait marché, vu qu’il ne m’a fallu que quatre jours pour dévorer ce service-presse !

Il y a des centaines et des milliers d’années, trois divinités créèrent le monde de Théorr : Thorador, Khalé et Alhya. Tandis que les deux premiers rivalisaient de créativité pour créer des espèces toujours plus impressionnantes et puissantes afin de peupler ce « terrain de jeu », la dernière rumine dans son coin : son frère et son mari l’ont volontairement écartée de ce projet. Alors, en secret, elle donne vie aux Valanes et leur construit une cité aérienne pour les protéger. Mais quand l’une des créatures de ses confrères décime toutes les autres espèces et que la Déesse se sacrifie pour protéger les siens, devenant la Lune qui veille en silence, voilà que Thorador et Khalé en profitent pour scinder le peuple des Valanes en deux et les dresser l’un contre l’autre … Bien des millénaires plus tard, Saêna est Fille de la Lune : elle est l’élue de son peuple, les Alhya - nommés en hommage à la Déesse Mère -, destinée à se battre dans l’arène contre le sanguinaire roi des NeOhmas, comme toutes les Filles de la Lune avant elle. Et comme elles, elle mourra. Mais Saêna veut sauver son peuple : elle part donc en quête d’une nouvelle Pierre de Lune pour alimenter le bouclier qui protège les siens des agressions extérieures …

Quand j’ai lu le résumé de la quatrième de couverture la première fois, je dois avouer avoir eu un peu peur du traditionnel schéma « une élue pour tous nous sauver », mais j’ai tout de même choisi de laisser sa chance à ce livre, et j’ai clairement bien fait. Car l’autrice nous plonge avec ce premier tome au cœur d’une histoire palpitante, qui prend place dans un univers d’une richesse incroyable. En filigrane du récit principal, nous suivons la création de Théorr, les luttes qui dressent les Dieux les uns contre les autres, la façon dont ils se sont laissé dépasser par leurs propres créations, comment la Déesse s’est sacrifiée pour sauver le peuple à qui elle a donné la vie, et surtout comment les deux Dieux survivants se sont appropriés ce peuple pour ensuite assouvir leur soif de combat. Cela nous permet de comprendre qui est réellement Saêna, notre héroïne, et quelle destinée est la sienne, pourquoi elle doit se battre à mort contre le roi du peuple voisin et ennemi … Tout ceci n’est qu’un jeu pour ces Dieux, qui au lieu d’honorer la mémoire de leur sœur et épouse, ont préféré se « servir » de ses créatures pour reprendre leurs querelles sans fins. Saêna et les siens ne sont que des pions sur l’échiquier de ces êtres divins, et on ne peut que se révolter contre cette injustice, de voir cette jeune femme vouée à la mort uniquement parce que les Dieux veulent s’amuser …

Et cela d’autant plus que la jeune Saêna est très attachante ! Considérée comme la Fille de la Déesse, arrachée à ses parents quand elle n’était qu’un bébé à cause de la marque en forme de lune sur son épaule, entrainée au maniement des armes dans l’espoir vain qu’elle survive au combat et permette à son peuple d’étendre son territoire sur le continent, la jeune fille est profondément dévouée aux siens. Elle n’hésite pas à enfreindre les règles et les interdictions, elle n’hésite pas à se mettre elle-même en danger dans le seul but de protéger Arca. J’ai beaucoup d’admiration pour elle, ainsi que pour ses compagnons. Ils sont tous prêts à donner leur vie les uns pour les autres … En face, il y a le roi et son fils, des vermines de la pire espèce, des êtres cruels, sanguinaires, qui aiment faire souffrir et assouvir toutes leurs pulsions. Impossibles de s’attacher à eux, clairement ! Et c’est bien pourquoi on a profondément envie que Saêna sorte vivante de cette quête, et même de cet affrontement à venir … et c’est ce qui donne irrésistiblement envie de continuer, page après page, chapitre après chapitre. Vraiment, l’autrice sait comment nous donner envie de poursuivre notre lecture, de connaitre la suite de l’histoire, de voir comment tout cela va bien pouvoir se terminer !

En bref, vous l’aurez bien compris : un univers riche et complexe, des personnages principaux attachants et parfois très intrigants, le tout formant une histoire captivante et haletante … Clairement, tous les ingrédients sont réunis pour offrir au lecteur passionné de fantasy un excellent moment de lecture ! Je dois cependant admettre que quelques petites « maladresses » de premier roman m’ont parfois un petit peu perturbée : des redites d’informations pas forcément utiles, qui cassent un peu le rythme, des dialogues parfois un peu trop « plats » et « clichés » … Quelques petits détails qui, mis bout à bout, m’ont fait passer à côté d’un véritable coup de cœur. Mais rien de bien grave au final, car le plaisir tout de même au rendez-vous ! Je dois également reconnaitre que certains passages ont été difficiles pour l’hypersensible que je suis : certaines scènes sont assez violentes ou explicites, et j’avais parfois envie de détourner le regard … Mais pareil, ce n’est en rien rédhibitoire au final, car l’intrigue reprend rapidement le dessus pour nous faire oublier ces petits moments profondément dérangeants et révoltants ! Je suis donc au final vraiment ravie d’avoir lu ce premier tome, et je me plongerai dans le second avec plaisir quand celui-ci aura rejoint les étagères de mes bibliothèques !

dimanche 5 avril 2020

Top 5 : Les premiers livres chroniqués sur le blog


- Top 5 : Les premiers livres chroniqués sur le blog -

C’est le retour des tops ! Et cela grâce à Mange-Nuages qui a mis en place un petit challenge/jeu que je vous invite à retrouver sur Livraddict ! Un thème par semaine, rien de plus simple, d’autant plus que j’ai décidé de faire ceci sous forme de mini-article pour ne pas me surcharger … Le thème de la semaine n’étant pas encore dévoilé, voici mon thème secours :

Les premiers livres chroniqués sur le blog

Tandis que le blog fête prochainement ses 4 ans, l’heure est venue de faire un petit retour en arrière en vous présenter les 5 premiers livres que j’ai chroniqué en débutant l’aventure « Les mots étaient livres » !

Et voici donc mon petit top 5 :

Phobos, tome 1 de Victor Dixen la chronique
J’avais eu un véritable coup de cœur pour ce premier tome ! Les personnages, l’histoire, mais aussi la mise en page, la narration, absolument tout m’avait plu, et je m’étais précipitée sur la suite ! Pourtant, bien des années après, je n’ai toujours pas pris le temps de relire la saga en intégralité, il serait temps d’y remédier !

Des yeux dans le ciel de Jean-Marc Ligny la chronique
Un livre bien trop peu connu que je relisais pour la seconde fois à ce moment-là : c’est un excellent petit livre de science-fiction qui mérite vraiment d’être plus connu ! Les personnages sont attachants et intéressants, l’intrigue est bien menée sans être trop compliquée, l’écriture est fluide et facile à lire …

Promise de Allie Condie la chronique
Une excellente lecture à mes yeux, une dystopie terriblement bien menée qui donne follement envie de lire rapidement la suite. L’écriture d’Ally Condie est fluide, agréable à lire, et bien souvent poétique. Bref, j’étais tombée amoureuse de ce premier tome et je me souviens que j’étais très triste de voir si peu d’avis positif à son sujet !

Phobos, tome 2 de Victor Dixen la chronique
Comme je le disais, je m’étais ruée sur le second opus à peine le premier terminé, et le moins que l’on puisse dire, c’est que mon coup de foudre pour la saga était confirmée ! Ce tome a réussi le pari de me faire rire, pleurer et grincer des dents tout en me captivant du début à la fin. Génial !

La forêt des cœurs glacés de Anne Ursu la chronique
Un petit roman jeunesse qui m’avait énormément plu, malgré une fin bien trop abrupte ! L’écriture est très poétique, très fluide et très douce, un vrai régal ! De plus, ce véritable conte moderne est une véritable ode à l’enfance, un authentique éloge à l’imagination, en définitive, tout ce que j’aime !

samedi 4 avril 2020

Les Royaumes démoniaques, tome 1 : La Roche des Ages - Christopher Evrard


Les royaumes démoniaques1, Christopher Evrard
La Roche des Ages

Editeur : Autoédition
Nombre de pages : 381

Résumé : L'horreur et la violence côtoient la féerie et la beauté. La magie et les combats forgent la réalité au jour le jour. Tandis que les légendes et mythe résonnent dans l'inconscient collectif comme des promesses d'un jour meilleur, tel la mystique roche des âges que Ciwen, un mage de foudre, recherche désespérément. Dans une existence où le macabre est un lot quotidien... Quel est le sens de la vie ?


Un grand merci à Christopher Evrard pour l’envoi de ce volume et à la plateforme SimPlement pour avoir rendu ce partenariat possible.

- Un petit extrait -

« C'était en constatant la confusion et l'inefficacité des personnes qui s'autoproclamaient qualifiées pour expliquer ce qui se passait dans le monde que, progressivement, les petites gens avaient fini par se conforter et se complaire dans l'ignorance, le désintérêt et l'inculture de ce qui dépassait le cadre de leur petite vie. Pour eux, ce qui se passait au-delà de leur fenêtre, de leur quartier ou au mieux des palissades de leur ville, bien souvent n'existait même pas.   »

- Mon avis sur le livre -

Chaque fin d’année universitaire, c’est la même histoire : entre la fatigue des mois passés et l’angoisse des ultimes échéances pour rendre les derniers devoirs maison, je sombre inévitablement dans une période d’apathie profonde qui rend toute activité particulièrement épuisante. Et malheureusement pour moi, la lecture n’est pas épargnée par cette phase de déprime : dans ces moments-là, même le livre le plus passionnant du monde peine à me captiver réellement. Et je traine, je traine … ce qui m’agace considérablement, car j’aurai envie de connaitre la suite de l’histoire, mais impossible de lire plus vite : je n’arrive plus à me concentrer suffisamment pour cela. Tout ça pour dire que ce malheureux livre n’est pas arrivé au meilleur des moments dans ma pile à lire : j’étais profondément stressée par mon dernier devoir d’éthique qui me résistait alors que la date butoir approchait atrocement rapidement, et le début du confinement ne m’a pas aidé à être plus sereine ! Malgré tout, c’était un plaisir de se plonger dans de la fantasy, qui est indiscutablement mon genre-doudou !

Ciwen, puissant mage de foudre recherché sur tout le continent, est en quête de la légendaire Roche des Ages, artefact aux pouvoirs mystérieux lui permettant, l’espère-t-il, de mettre fin au malheur, à la misère qui règne ici-bas, au profit d’un monde sans guerre et sans cruauté … Alors qu’il touche au but, il s’allie avec Olivia, une jeune ondine, qui le trahit au dernier moment et s’enfuie avec la Roche des Ages en le laissant pour mort … Tenant désormais entre ses mains l’artefact qui lui permettra, l’espère-t-elle, de venger enfin son peuple de ses oppresseurs passés, la jeune femme retourne chez les siens après un long exil volontaire. Promue cheffe de son Clan, la jeune femme va rapidement se rende compte que le chaos est en marche et s’apprête à déferler sur le monde. Pendant ce temps, Ciwen retourne chez celle qui l’a élevé, tandis que d’étranges rencontres psychiques le laisse de plus en plus perplexe quant à sa propre identité … Quand le destin d’un être s’entremêle à celui d’un monde, même les divinités ne peuvent plus rester dans l’ombre.

La couverture annonce la couleur : c’est un récit de dark-fantasy que nous offre l’auteur avec ce premier tome ! La noirceur semble avoir envahi l’univers de ce roman : entre les entités démoniaques qui s’apprêtent à se déverser sur le monde, et l’ombre de sombres expériences alchimiques qui se cachent dans d’obscurs laboratoires, entre complots, machinations et trahisons, le Mal semble avoir définitivement pris le dessus sur le Bien, qui semble n’être plus qu’une chimère dans le cœur des rêveurs. Ciwen, notre protagoniste principal, n’a lui non plus rien, absolument rien, d’un véritable héros : il est clairement un anti-héros dans toute sa splendeur, semant la mort et le sang derrière lui. Il semble certes animé d’intentions plutôt nobles, mais il y a une violence inouïe en lui. Je dois le reconnaitre, au début, j’ai eu toutes les peines du monde à m’attacher un minimum à lui : je le suivais bon gré mal gré, car il était notre personnage principal, mais sans véritable enthousiasme. Puis, progressivement, au gré de ses pérégrinations, j’ai fini par m’y faire : après tout, il faut de tout pour faire un monde ! Et puis, il faut bien admettre que, chapitre après chapitre, l’envie de découvrir comment il allait surmonter tout cela, comment il allait faire face à ce qu’il est réellement au plus profond de lui-même, devenait de plus en plus forte.

D’autant plus que, finalement, l’histoire ne tourne pas uniquement autour de lui ! La jeune Olivia devient rapidement notre seconde héroïne … Bien qu’elle ne soit pas toute blanche, elle non plus ! Brisée par son passé, Olivia ne vit que par et pour la vengeance. Elle veut rendre à son peuple sa grandeur passée, elle ne veut plus qu’ils soient dépendants de leurs sauveurs, les Elfes, mais qu’ils puissent enfin vivre en paix. Mais voilà qu’un danger frappe aux portes du monde : des hordes démoniaques, des êtres millénaires qui ressurgissent pour un nouvel acte d’une guerre entamée il y a des milliards d’années … Je dois avouer être époustouflée par l’univers mis en place par l’auteur : c’est d’une complexité impressionnante ! A vrai dire, dans ce premier tome, on a encore clairement du mal à saisir tous les tenants et aboutissants, à comprendre qui sont réellement les forces en présence, quels sont leurs objectifs, leurs passés communs … Tout ceci se met très progressivement en place.

Trop progressivement, peut-être : il faut finalement presque 400 pages pour que l’intrigue soit réellement prête à se mettre en branle … Ce tome a un petit arrière-gout d’introduction qui traine en longue, de prologue à rallonge, qui me laisse un peu sur ma faim : c’est clairement prometteur pour la suite, mais en l’état actuel des choses, j’ai l’impression d’avoir cheminé dans le vide. En tournant la dernière page, il y a eu ce petit soupir de déception : mais finalement, tout cela pour quoi, hormis posé longuement le contexte et présenter les personnages ? Dans les sagas, j’aime quand chaque tome à une « vraie » intrigue et une « vraie » fin, alors qu’ici, ce n’est finalement que le début de la véritable histoire. Et c’est un peu frustrant, surtout quand on n’a pas le second tome sous la main ! Car il faut bien l’admettre : malgré ces personnages peu attachants au premier abord, malgré toute cette noirceur et cette violence, on se laisse prendre au jeu. A chaque fin de page, on n’a d’autre choix que de se jeter sur la suivante, car on a envie de savoir ce qui va se passer par la suite. C’est un premier tome un peu longuet, riche en descriptions et en introspections, en retours en arrière et en explications, mais c’est finalement un tome très captivant !

En bref, vous l’aurez bien compris : ce fut une bonne lecture, mais pas un coup de cœur. Pour cela, il m’a manqué un peu de dynamisme, de rythme : nous sommes ici en présence d’un premier opus essentiellement introductif, qui nous présente en long, en large et en travers toute la complexité et la richesse de l’univers mis en place par l’auteur, qui nous invite à faire la connaissance des protagonistes, et nous met l’eau à la bouche pour la suite ! Car ça promet du bon, du très bon, pour le (les ?) tome à venir ! Je suis vraiment curieuse de savoir comment tout cela va évoluer, même si cela promet d’être drôlement violent et riches en batailles sanguinolentes ! Pour terminer cette chronique, je tiens à évoquer les quelques illustrations qui parsèment le récit : elles sont tout simplement magnifiques et reflètent merveilleusement bien le texte, c’est vraiment un gros plus pour ce livre, quel régal pour les yeux ! C’est donc un roman que je conseille aux adeptes de dark-fantasy qui n’ont pas peur des tomes très introductifs, et qui sont prêts à attendre patiemment le deuxième opus pour voir l’action se lancer pour de bon ! Je le conseille également à ceux qui aiment voir des héros en quête de leur propre identité, de leur propre place dans le monde et l’existence, car vous serez comblés ici !

mercredi 1 avril 2020

Le bilan du mois de mars 2020


- Bilan du mois de mars 2020 -

Un mois qui avait très bien commencé : j’avais un bon rythme de lecture, et je n’achetais pas trop. Et puis, il y a eu le début du confinement, et la préparation de mon ultime devoir maison de l’année universitaire, et ça a été le début de la fin : il me fallait une dizaine de jours pour venir à bout d’un misérable livre, et je n’ai pas pu m’empêcher d’aller fouiller dans mon stock de livres d’occasion pas encore officiellement entrés dans ma PAL … J’espère qu’avril sera meilleur !

- Les livres lus -

Durant le mois de mars, j’ai lu 14 livres :
- Grand galop, tome 15 : Au galop sur la plage (Bonnie Bryant)
- Grand galop, tome 18 : Une randonnée très périlleuse (Bonnie Bryant)
- Grand galop, tome 20 : Un si lourd secret (Bonnie Bryant)
- Grand galop, tome 24 : Lune de miel au Pin Creux (Bonnie Bryant)
- Grand galop, tome 29 : Une leçon d'amitié (Bonnie Bryant)
- Grand galop, tome 30 : Coup de théâtre au Pin Creux (Bonnie Bryant)
- Grand galop, tome 35 : Des cavaliers en détresse (Bonnie Bryant)
- Grand galop, tome 37 : Randonnée sous les étoiles (Bonnie Bryant)
- La science dans Star Wars (Mark Brake et Jon Chase)
- Shadowscent, tome 1 : Le parfum de l'ombre  (P. M. Freestone)
- L'Héritage des rois-passeurs (Manon Fargetton)
- Five feet apart (Rachael Lippincott, Mikki Daughtry et Tobias Iaconis)
- Iskari, tome 2 : Le combat des âmes sœurs (Kristen Ciccarelli)
- Les Royaumes Démoniaques, tome 1 : La roche des âges (Christopher Evrard)

Soit :
- 11 lectures personnelles
- 3 services de presse
- 13 romans (dont 2 tomes uniques, 2 premiers tomes et 9 suites de séries)
- 1 essai

Pour un total de 3376 pages !

- Les achats et réceptions -

Durant le mois de mars sont entrés sur les étagères 7 livres :
- Les Royaumes Démoniaques, tome 1 : La roche des âges (Christopher Evrard)
- Iskari, tome 2 : Le combat des âmes sœurs (Kristen Ciccarelli)
- La guerre des clans, cycle 5, tome 6 : Le sentier des étoiles (Erin Hunter)
- La mort du temps (Aurélie Wellenstein)
- La 5e vague, tome 2 : La mer infinie (Rick Yancey)
- La 5e vague, tome 3 : La dernière étoile (Rick Yancey)
- Chroniques des secondes heures de Tanglemhor, tome 4 : La Tour-sans-Entrée (Azaël Jhelil)

Soit :
- 2 services de presse
- 2 achats en neuf
- 3 achats en occasion

- Sur le blog -

Durant le mois de mars :

8 chroniques ont été postées sur le blog :

5 tops 5 ont été postés sur le blog :

J’ai également posté le bilan du mois de février.

Vous avez été 475 à visiter le blog et vous avez lu 1080 pages.

- La pile à lire pour avril -

En avril, je compte lire :
- Les éphémérides de Théorr, tome 1 (Jessy Seigneur)
- Chroniques des secondes heures de Tanglemhor : L’œuf de Tanglemhor - première édition (Azaël Jhelil)
- Chroniques des secondes heures de Tanglemhor, tome 3 : La Pyramide du lac perdu (Azaël Jhelil)
- Chroniques des secondes heures de Tanglemhor, tome 4 : La Tour-sans-Entrée (Azaël Jhelil)