lundi 3 octobre 2016

Harry Potter and the Philosopher's Stone - J. K. Rowling



Harry Potter1, J. K. Rowling
Harry Potter and the Philosopher’s Stone

Editeur : Bloomsbury (VO)
Nombre de pages : 331

Résumé : Harry Potter n’avait jamais entendu parler de Poudlard lorsque les lettres ont commencé à tomber sur le paillasson du numéro quatre, Privet Drive. Avec l’adresse calligraphiée à l’encre verte sur un parchemin jauni scellé à la cire violette, elles sont rapidement confisquées par ses sinistres tuteurs : son oncle et sa tante. Puis, le jour de son onzième anniversaire, un géant répondant au nom d’Hagrid débarque avec de stupéfiantes nouvelles : Harry Potter est un sorcier et il a sa place à l’école de Sorcellerie et de Magie, Poudlard … (traduction personnelle)

- Un petit extrait -

 « - Fred à toi maintenant, dit la mère.
- Fred, c'est pas moi, moi, c'est George, dit le garçon. Franchement, tu crois que c'est digne d'une mère de confondre ses enfants ? Tu ne vois pas que je suis George ?
- Désolée, mon chéri.
- C'était pour rire, dit le garçon. En fait, Fred c'est moi. »

- Mon avis sur le livre -

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, j’ai passé toute mon enfance et mon adolescence sans ressentir l’envie de découvrir Harry Potter. La faute à toute cette surmédiatisation qui non seulement me faisait peur, mais surtout, je vais être honnête, m’agaçait légèrement. Je faisais une sorte de blocage psychologique : pas question d’être un mouton et de faire comme les autres en plongeant les yeux fermés dans cette saga ! Cela peut sembler puéril, surtout pour les fans, mais il faut comprendre que j’avais vraiment peur de perdre mon libre arbitre en suivant cette mode littéraire. Et pour tout avouer, cette opposition farouche aurait pu durer bien longtemps encore, s’il ne m’était pas venu à l’esprit l’idée de feuilleter The cursed child au Super U afin de voir si je parvenais ou non à comprendre le début. La réponse étant « Oui », j’ai non seulement acheté la pièce de théâtre mais j’ai également commandé les sept tomes en version originale. La lecture de ce premier tome représente donc un double tournant dans ma vie de lectrice : première incursion dans le monde d’Harry Potter et première lecture en anglais. 

Est-il encore nécessaire de présenter l’histoire du petit sorcier à lunettes ? Orphelin élevé par son oncle et sa tante qui le détestent et le traitent comme un moins que rien, martyrisé par son cousin qui le considère comme le plus amusant des punching-balls, le petit Harry va voir son existence bouleversée le jour de ses onze ans, lorsqu’un géant pas bien méchant vient le chercher pour le conduire à Poudlard, école de magie renommée, après lui avoir annoncé qu’il était un sorcier. Commence alors pour lui la plus fantastique des années scolaires, remplie d’amitiés nouvelles et de folles découvertes, mais aussi d’aventures périlleuses et de mystères à résoudre … 

Ma plus grande crainte était de ne pas réussir à me plonger totalement dans le récit à cause de mes hésitations premières. Mais, contre toutes attentes, ces réticences ont été très rapidement balayées et j’ai été directement happée par l’histoire de ce petit garçon qui a grandi non pas entouré d’amour mais d’hostilité. Quelle agréable surprise ! J’ai découvert un univers extravagant, déroutant et intriguant, un univers où la magie et la légèreté côtoient le mystère et le danger, un univers d’une richesse impressionnante. On vogue de surprises en merveilles, de stupeurs en ébahissements. Tandis que je découvrais le Chemin de Traverse (qui pour moi sera sans doute toujours The Diagon Alley) et Poudlard (que je persiste à appeler Hogwarts dans ma tête) en compagnie d’Harry, je ne pouvais m’empêcher de pousser des petites exclamations de surprise et de ravissement (« Haaaaaa ! », « Des portraits qui bougent ! », « Hoooooo ! » …). Bref, vous l’aurez compris, j’ai été totalement conquise par l’univers dans lequel s’inscrit l’histoire.

Parlons-en, de l’histoire ! Bien que ce premier tome soit assez court, il n’en reste pas moins riche en péripéties, en aventures et mésaventures. Ce que je trouve merveilleux, c’est l’alternance et la complémentarité entre les événements se rattachant à la scolarité et la vie à Poudlard (la cérémonie de la répartition, les matchs de quidditch …) et ceux ayant un rapport avec l’intrigue à proprement parler. L’auteur a réussi à trouver un équilibre entre ces deux perspectives, équilibre qui permet au lecteur de ne jamais s’ennuyer sans pour autant être submergé par trop d’informations ou d’actions. Un autre point très positif à mes yeux est le suspense, qui est indéniablement au rendez-vous ! Cette saga a beau être destinée au jeune public, le dénouement de l’intrigue n’est pas simpliste et prévisible pour autant, bien au contraire ! Je suis littéralement tombée dans le panneau et j’ai eu une vraie surprise à la fin, et j’en suis ravie. Moi qui aime les mystères, je suis ravie, ce livre en est rempli ! Bref, une intrigue captivante qui fait rêver et trembler, rire et pleurer.

A mes yeux, comme souvent, la grande force de ce récit réside dans ses personnages. Tous sont importants, à leur manière. Nous avons bien évidemment Harry, le héros, auquel on s’attache très facilement de par son histoire (je vais être parfaitement honnête, j’ai plus d’une fois eu envie de le serrer bien fort parce que j’étais tristounette pour lui) et son caractère (que j’aimerai être aussi courageuse que lui, moi qui fait des crises de panique quand un misérable papillon pénètre dans ma chambre …). Mais il y a aussi Hermione et Ron, que j’apprécie également pour des raisons bien différentes. J’ai tendance à m’identifier à Hermione, ayant toujours été une « élève modèle » aux yeux des adultes et une « fayotte » aux yeux de mes camarades, pour la simple et bonne raison que j’ai toujours été légèrement perfectionniste mais surtout que j’aime apprendre. Et Ron … Bah c’est typiquement le genre de gamin qu’on a tous envie d’avoir comme meilleur ami : gentil et loyal, drôle et sincère. Il y a Neville, aussi, qui me fait vraiment craquer et que j’ai terriblement envie de protéger, le pauvre ! Et je ne peux raisonnablement pas ne pas évoquer Draco, que j’ai quant à lui envie de baffer. Les jumeaux Weasley me font terriblement rire, un gros coup de cœur pour ce duo ! Après, en ce qui concerne les adultes, qui ont également leur importance : j’aime énormément Hagrid, ce « bon gros géant » qui aime tellement les animaux, même les plus farfelus, mais j’apprécie surtout Rogue. Ouais, Rogue. Me demandez pas pourquoi, j’ai le pressentiment, l’intuition, le sentiment inexplicable qu’il n’est pas si méchant que cela, et j’ai de plus toujours aimé les personnages froids et austères, qui ont généralement des répliques terriblement classes. Bon, j’aime bien Dumbledore et McGonagall aussi !

Puisque je n’ai très sûrement pas besoin de vous convaincre de lire ce fantastique premier tome, je ne vais pas m’éterniser. Je vais donc me contenter d’évoquer rapidement la plume de l’auteur, étant donné que je l’ai découverte en version originale, sans l’intermédiaire du traducteur qui, aussi bon soit-il, ne peut pas retranscrire parfaitement le style premier. La narration de madame Rowling est terriblement agréable à lire, autant par sa simplicité que par sa légèreté. Sans s’embarrasser de descriptions surchargées ou de fioritures superflues, elle arrive à dépeindre fidèlement l’ambiance qui règne au sein de l’école, les états d’âme des personnages et le déroulement des événements. Les dialogues sont vivants et réalistes, même si je dois avouer avoir eu le plus grand mal à déchiffrer les prises de parole d’Hagrid (madame Rowling ayant eu l’excellente idée de retranscrire à l’écrit son élocution un peu « paysanne » !). Bref, un style qui m’a vraiment convaincue et qui, de plus, m’a redonné confiance en moi alors que j’étais tellement persuadée d’être une vraie quiche en anglais. Merci madame Rowling !

Bref, je me demande vraiment pourquoi j’ai mis tellement de temps avant de me décider à découvrir cette saga ! Avec ce premier tome, l’auteur entraine le lecteur dans une fantastique épopée pleine de magie, de mystère, d’amitié et de courage, dans une merveilleuse aventure pleine de danger, de bonne humeur, de surprise et de suspense. Des personnages principaux comme secondaires attachants ou mystérieux, une histoire qui fait rire, sourire, trembler, rêver, un univers extravagant et fantasque qui ouvre la porte au merveilleux comme au menaçant … Je suis littéralement tombée amoureuse de ce premier opus et je suis ravie d’avoir la suite à ma disposition : pas besoin de patienter, je vais pouvoir me plonger immédiatement dans le second tome ! Un vrai coup de cœur qui a fait battre mon petit cœur de stupeur, qui m’a fait retenir mon souffle de frayeur, qui a fait étinceler mon regard d’émerveillement et qui m’a fait sourire de bonheur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire